Culture grimpe

Gaston REBUFFAT – La montagne est mon domaine

Remarquable conteur, Gaston Rébuffat continue à incarner l’image même de l’alpinisme dont il a su mieux que tout autre transmettre l’esprit. Faisant passer avec simplicité et bonheur, à l’aide d’une formule étincelante ou d’une demi-confidence, l’essentiel du «sentiment de la montagne», il a ainsi permis à tous d’accéder à l’univers des sommets «entre ciel et terre». Les textes de cet écrivain de l’altitude étant devenus pour la plupart introuvables, Françoise Rébuffat, son épouse, eut l’idée d’en réunir la quintessence. C’est aujourd’hui chose faite et c’est une surprise : cet homme au caractère secret se raconte pourtant ici, autant au moins qu’il raconte «sa montagne», et c’est toute la vie d’un des grands alpinistes du siècle que l’on découvre, depuis la jeunesse passée à arpenter les calanques de Marseille jusqu’aux «grandes courses alpines» et à l’expédition de l’Annapurna. Une vie consacrée aussi à l’amitié. Amitié des hommes, lorsqu’il raconte des ascensions avec Maurice Baquet ou Haroun Tazieff ; amitié des montagnes, lorsqu’il décrit de prestigieux sommets, Mont-Blanc ou Cervin ; amitié pour la nature tout entière, et l’on découvre alors un autre Rébuffat, celui qui s’inquiète des agressions subies par l’environnement… Cette vision profondément humaniste de l’altitude lui appartenait en propre. Elle est pourtant devenue, grâce à son talent d’auteur, le lieu commun de tous ceux qui aiment la montagne.

Biographie de l’auteur

Gaston Rébuffat est né en 1921 à Marseille. À 16 ans il s’inscrit au CAF (section Haute Provence) où il découvre la haute montagne. Les Alpes et le massif du Mont-Blanc deviennent ensuite son terrain de jeux. En 1940, il s’engage à «Jeunesse et Montagne» où il rencontre Lionel Terray avec qui il va devenir ami. C’est dans le Centre École Jeunesse et Montagne du Valgaudemar que la passion des montagnes s’ancre profondément en lui. En 1942, il réussit son brevet de guide de haute montagne malgré son jeune âge. Il devient instructeur à l’École Nationale d’Alpinisme en 1944, ainsi qu’à l’École militaire de haute montagne. En juin 1945, Gaston Rébuffat intègre la prestigieuse Compagnie des guides de Chamonix sous la tutelle d’Alfred Couttet. Gaston Rébuffat a participé à la première ascension de l’Annapurna en 1950 avec, entre autres, Jean Couzy, Lionel Terray, Maurice Herzog, Louis Lachenal, Marcel Ichac, Marcel Schatz, Jacques Oudot et Francis de Noyelle. Cet exploit restera une étape difficile de sa vie. Il n’est pas allé au sommet, mais, avec Terray, il a secouru Lachenal et Herzog en perdition. Un an avant sa mort, en 1984, il est décoré Officier de la Légion d’honneur.


René DESMAISON – Les grimpeurs de muraille

René Desmaison - Les grimpeurs de muraille - Ed. Hoëbeke - 2000

Hanté par la disparition de sa future femme et de son meilleur ami lors d’une ascension dans le massif du Mont-Blanc, Thomas a perdu le goût de vivre… Depuis la tragédie, ce guide de haute montagne jadis enjoué multiplie de longues et dangereuses expéditions en solitaire et inquiète ses amis chamoniards. Mais Thomas n’a que trente ans et il va finalement découvrir l’amour dans d’étranges circonstances. Défiant la mort sur les sommets du Hoggar, il rencontre Alizée, une géologue aux pouvoirs mystérieux qui le mène aux entrailles de la terre. La montagne occupe le cœur du récit et fonctionne comme un révélateur. Sa puissance touche au surnaturel : elle guérit, elle métamorphose, elle sublime le destin des protagonistes.

Biographie de l’auteur

Grande figure de l’alpinisme, René Desmaison signe ici son premier roman. Nourrie par son expérience, son écriture restitue le grand art de l’escalade et sa sensualité, l’écoute attentive de la roche et du vent. Depuis le célèbre  » Premier de cordée  » de Roger Frison-Roche, il nous manquait un témoignage aussi fidèle.


René DESMAISON – 342 heures dans les Grandes Jorasses

René Desmaison – 342 heures dans les Grandes Jorasses - Ed. Hoëbeke - 2016

Le 11 février 1971, René Desmaison entreprend avec Serge Gousseault une grande première hivernale sur la face nord des Grandes Jorasses : la voie directe qui mène à la pointe Walker (4 208 mètres). L’ascension se révèle difficile, la neige tombe sans discontinuer, les cordes sont très endommagées par des chutes de pierres, les pitons manquent. Le 15 février, à trois cents mètres du sommet, Serge Gousseault montre des signes de faiblesse alarmants. Désormais chaque mètre gagné est un combat. Les bourrasques et le froid glacial épuisent l’homme qui meurt le 22 février. René Desmaison sera sauvé in extremis au quinzième jour. En son temps, ce drame des Grandes Jorasses souleva une vive polémique sur les secours en montagne. Ce récit exceptionnel reste un hymne à l’ascension, une leçon de solidarité et un poignant témoignage sur la vulnérabilité de l’alpiniste face aux éléments.

Biographie de l’auteur

Grande figure de l’alpinisme, René Desmaison signe ici son premier roman. Nourrie par son expérience, son écriture restitue le grand art de l’escalade et sa sensualité, l’écoute attentive de la roche et du vent. Depuis le célèbre  » Premier de cordée  » de Roger Frison-Roche, il nous manquait un témoignage aussi fidèle.


Lionel TERRAYLes conquérants de l’inutile

Les conquérants de l’inutile – Lionel Terray - Ed. Guérin - 2017

Alpiniste légendaire, héros de l’Annapurna, Lionel Terray est l’auteur d’une autobiographie qui demeure, aujourd’hui encore, un livre incontournable de la littérature de montagne. Plus qu’un récit d’alpinisme, c’est le livre d’une vie. Une vie marquée par l’engagement pour et par la montagne. Aux critiques de son père qui ne comprend pas cette activité consistant à se hisser sur des montagnes au sommet desquelles l’on ne trouve « pas seulement un billet de 100 francs », Lionel oppose la gratuité du jeu, l’éloge de l’inutile. Il assouvit sa soif de grimper sur les plus hauts sommets des Alpes, puis en Himalaya, et devient un géant de l’alpinisme mondial. Au-delà des drames qui font battre le coeur, ce livre est un grand texte sur la passion et les hommes qui sont brûlés par elle.

Biographie de l’auteur

Lionel Terray est né le 25 juillet 1921. Il est originaire de Grenoble et issu d’une famille aisée qui aurait plutôt aimé voir notre montagnard dans des professions quelque peu plus académiques. Il chausse ses premières planches à trois ans et demi et devient féru de glisse jusqu’à vingt ans. Au cours de sa jeunesse, il lui faudra de nombreuses fois braver l’interdit parental et celui du collège afin d’aller marcher en montagne ou escalader quelques falaises…


SAMIVEL – L’amateur d’abîmes

SAMIVEL – L’amateur d’abîmes

Paru pour la première fois en 1940, le chef-d’œuvre de Samivel n’a pas vieilli d’une ligne et demeure l’un des plus grands classiques de la littérature alpine. Le narrateur et ses deux amis – Bob le bricoleur impénitent et François le distrait – forment une cordée ordinaire. Ce ne sont pas des surhommes, seulement trois amis en vacances s’initiant à l’alpinisme. Ils connaîtront de multiples péripéties, souvent cocasses, parfois tragiques, mais toujours racontées avec l’humour, la malice et la poésie qui sont le propre de l’auteur, et dans lesquelles tous les amoureux de la montagne se retrouveront avec plaisir. Les aventures qui se succèdent ici nous restituent la passion authentique de l’alpinisme. Si un livre est capable de faire comprendre et aimer la haute montagne à qui ne la connaît pas, c’est bien celui-là, et on peut parier qu’il a déclenché plus d’une vocation alpine ! Mais ce récit est aussi le reflet d’un monde à jamais disparu, celui du paradis perdu de l’altitude, si cher à Samivel, dans lequel le massif du Mont-Blanc n’est pas encore envahi par les foules et où l’on grimpe en chaussures à clous et amples pantalons de laine. Cet univers même que Samivel a si bien évoqué dans ses aquarelles et dessins et dont L’amateur d’abîmes constitue l’exact pendant littéraire.


Walter BONATTI – Montagnes d’une vie

Walter Bonatti – Montagnes d’une vie - Ed. Flammarion - 2011

Montagnes d’une vie, les mémoires de Walter Bonatti, pionnier de l’alpinisme extrême, rescapé d’aventures dramatiques comme celle du pilier du Frêney, est devenu un classique. Chaque chapitre est consacré à l’une de ces montagnes qui ont jalonné sa carrière : le Grand Capucin, le Dru, le K2, les Grandes Jorasses, le Cervin, les sommets de Patagonie et, plus particulièrement, le massif du Mont-Blanc, où Bonatti frôle la mort. Il s’interroge et détaille les situations, les décisions, les méthodes, l’éthique, qui ont fait de lui une figure des plus atypiques de l’alpinisme du XXe siècle.


Joe SIMPSON La mort suspendue

La mort suspendue – Joe Simpson - Ed. Glenat - 2004

Joe Simpson et Simon Yates, deux jeunes alpinistes britanniques, tentent la première et ambitieuse ascension de la face ouest du Siula Grande dans les Andes du Pérou. Ils atteignent le sommet, mais c’est à la descente que se produit le drame. Dans la tempête, Joe tombe à travers une corniche de neige et se blesse gravement à la jambe. A 6000 mètres, sur cette montagne isolée du monde, il n’a aucune chance de s’en sortir. Il le sent. Et Simon sait qu’en voulant porter secours à son compagnon, il n’en réchappera pas non plus. Que se passe-t-il dans la tête d’un homme condamné à trancher la corde au bout de laquelle est suspendue la vie de son ami ? A quoi peut penser celui dont l’existence ne tient plus qu’à un fil ? Comment peut-on trouver la force de lutter encore, contre toute raison, alors que la mort semble déjà avoir gagné ? Cette expérience effroyable et exceptionnelle, Joe Simpson l’a racontée dans un livre (Touching the void en anglais) traduit en une quinzaine de langues et devenu un best-seller international. Son récit est d’une intensité dramatique exceptionnelle. Car au-delà du combat pour survivre qu’aucun romancier n’aurait osé imaginer, La Mort suspendue est un témoignage bouleversant sur la souffrance, physique et psychique, mais aussi sur l’amitié. Ce livre, Joe Simpson l’a écrit avec une maîtrise littéraire étonnante. Le drame qui aurait dû lui coûter la vie lui a ainsi ouvert une carrière d’écrivain. En effet, il a depuis publié cinq autres ouvrages, tous traduits en plusieurs langues.


100 Alpinistes

100 Alpinistes - Ed. Guérin - 2015

100 alpinistes croqués par 100 auteurs, de Rufin, Claudel, de Luca à Messner, Profit ou Scott. Chacun brosse un portrait, raconte une anecdote, sa vision. Et tous disent la richesse des hommes qui font l’histoire de l’alpinisme.
100 portraits, 100 cordées pour fêter les 20 ans des livres rouges !

Ainsi se rencontrent Erri de Luca et Paul Preuss, Sylvain Tesson et Patrick Edlinger, Jean-Christophe Rufin et Tita Piaz, Philippe Claudel et Catherine Destivelle, Reinhold Messner et Hermann Buhl… Ces 100 cordées réelles ou virtuelles forment en 560 pages une constellation jubilatoire.

Il fallait « marquer le coup « . Publier LE livre des éditions Guérin, celui que tout montagnard a envie de lire et de garder dans sa bibliothèque, le plus beau, le plus intéressant, le plus… Le défi était si monumental que nous avons demandé à cent auteurs, alpinistes et écrivains, de décrire et d’écrire cette passion qui ne se laisse pas facilement saisir. Chacun brosse un portrait, raconte une anecdote, sa vision de ces 100 alpinistes qui ont marqué l’histoire de la montagne depuis plus de deux siècles par leur personnalité, leurs ascensions, leurs livres, leur influence…

Ces  » cordées d’écriture  » expriment le lien traversant les générations ou les continents : une fascination, une amitié, ou le souvenir d’une ascension partagée dans la joie ou le drame… Chaque association est une rencontre, chaque rencontre, une fenêtre ouverte sur les bonheurs multiples de l’alpinisme.
Cet ouvrage n’est pas un palmarès mais l’addition sensible de cent subjectivités qui toutes racontent à leur façon ce qu’est l’alpinisme, leur alpinisme, depuis Horace-Bénédict de Saussure qui a  » inventé  » le fait qu’une montagne pouvait aussi servir à grimper dessus jusqu’à David Lama, du haut de ses 25 ans… Vous n’y trouverez pas de listes de courses exhaustives, et aussi peu de cotations que possible, mais des rencontres toujours, parfois au-delà des générations. Cent cordées.
Ce livre exceptionnel est réalisé dans un format hors norme avec coffret, papier et reliure de grande qualité.


Yves BALLU – Les Alpinistes

Les Alpinistes – Yves Ballu – Ed. Glénat - 1997

L’ouvrage de référence sur la grande histoire de l’alpinisme.
Qui sont les Alpinistes ? Ceux qui ont fait l’histoire de l’alpinisme.
Depuis les grandes figures de la conquête des Alpes : Balmat, Whymper, Mummery, Preuss, Comici, Allain, Cassin, Lachenal, Terray, Rébuffat, Desmaison… jusqu’aux ténors d’un nouvel alpinisme, plus proches de nous : Messner, Boivin, Escoffier, Gabarrou, Lafaille… ils apparaissent tous et s’animent dans la vaste fresque historique reconstituée par Yves Ballu.
Avec les talents conjoints de l’historien et du conteur, et avec la passion de l’homme de montagne, il a remis en scène les protagonistes de l’histoire alpine au sujet desquels, pendant plus de vingt ans, il a mené une enquête scrupuleuse, explorant des documents souvent inédits ou recueillant de nombreux témoignages.
Les portraits alternent avec les récits d’épisodes fameux, et toutes ces aventures tiennent le lecteur en haleine tout en lui offrant une approche passionnante de l’évolution de l’alpiniste.
Les index des alpinistes et des ascensions marquantes dans les Alpes et les Pyrénées font de cet ouvrage une référence.
Paru il y a une trentaine d’années, cet ouvrage n’a pas pris une ride et nous interpelle plus que jamais sur ce qu’est l’alpinisme. En écho et en contre-pied à Yves Ballu, Christophe Profit nous livre aujourd’hui son regard sur cette discipline et les évolutions qu’elle a connues depuis son exploit en 1982 dans la Directe américaine et nous interroge aussi sur son devenir.


Hervé BARMASSE La montagne en moi – Une vie d’alpiniste sous le signe du Cervin.

La montagne en moi- Une vie d'alpiniste sous le signe du Cervin Hervé Barmasse - Ed. Guérin - 2016

« J’accroche mon hamac. En dessous de moi, le vide, au-dessus, les étoiles. Je regarde les lumières de la vallée et je me sens en paix. Je ne voudrais être nulle part ailleurs. »

A 16 ans, Hervé Barmasse était un espoir du ski italien quand, en pleine course, il a percuté un poteau métallique à 100 km/h. Ayant survécu, il a dû se reconstruire, et se réinventer un avenir. A l’ombre du Cervin qui l’avait vu naître, grandir et souffrir, il est devenu alpiniste. Sur les traces de son père et de son grand-père, il est parti à la découverte de sa montagne intérieure et des montagnes du monde. En grimpeur contemporain, rapide, léger, souvent solitaire. Mais aussi en héritier de l’alpinisme des pionniers, créatif, aventureux, dépouillé. Dans La Montagne en moi (La Montagna dentro), récit autobiographique, il raconte vingt ans d’aventures et livre ses réflexions sur l’aventure, le risque, la vie, l’amour. Et la force de la volonté.


Stéphanie BODET– A la verticale de soi

A la verticale de soi – Stéphanie Bodet - Ed Paulsen 2016

Dans le sac à dos de Stéphanie, il y a des cailloux et des mots, des fleurs et des oiseaux, une soif démesurée de l’essentiel et un amour fertile qui l’unit à Arnaud. La corde entre eux ne signe aucune entrave. Synonyme de liberté et de confiance, elle leur permet de flâner à l’aise, comme lézards et papillons, dans ces lieux vertigineux qu’ils aiment. Depuis plus de vingt ans, ils ouvrent ensemble de nouvelles voies sur les parois du monde car ouvrir c’est créer et c’est partager. C’est aussi découvrir en soi de nouvelles possibilités et vivre une vie plus haute, plus dépouillée. Plus qu’un terrain de jeux, les parois sont pour Stéphanie un territoire de connaissance, de reconnaissance. Se fondre dans la nature, ne faire qu’un avec l’hirondelle ou le pin funambule, pour éprouver sa nature véritable. La grimpeuse vit l’ascension comme un acte poétique, une voie d’intrépidité et de sagesse. Sous le sourire de Stéphanie affleure parfois la fêlure. Celle d’une petite soeur disparue trop tôt et que lui a donné ses ailes : « Vivre. Vivre intensément, écrit-elle. Faire de ce court passage qui est le nôtre, matière à rêver, matière à créer, matière à se forger.  » Acquiescer à la vie coûte que coûte. Faire de ses faiblesses une force. Demander la lune au rocher en l’effleurant du bout des doigts ou de la pointe du stylo, sur la page d’un carnet, dans une même recherche de justesse. Et parvenir peut-être à s’élever, dans tous les sens du terme…

Biographie de l’auteur

Stéphanie Bodet est née en 1976, à Gap, dans les Hautes-Alpes. Vainqueur de la Coupe du Monde d’Escalade de bloc en 1999, elle partage sa passion des voyages verticaux avec son compagnon Arnaud Petit. Du Pakistan aux États-Unis, en passant par le Venezuela, le Maroc ou la Patagonie, elle parcourt la planète à la recherche des parois les plus vertigineuses.
Un an après l’ascension de la mythique paroi du Salto Angel, 979 mètres de dévers sur coinceurs, Stéphanie est devenue, en 2007, la troisième femme à gravir intégralement en libre et en tête, El Capitan, dans le Yosemite. Elle est l’auteur de Salto Angel, paru aux éditions Guérin en 2008.


Lionel DAUDET La montagne intérieure

La montagne intérieure – Lionel DAUDET - Ed Grasset, 2004

Voyageur de la verticale, Lionel Daudet ne reste pas longtemps immobile. Il vient de boucler une expédition de plusieurs centaines de kilomètres sur la ligne de crêtes de l’Oisans, alors qu’il se remet à peine d’une amputation de huit orteils gelés ! Alpiniste original, Lionel Daudet s’est taillé une réputation à part, à base d’intransigeance, d’autonomie et de quasi-fusion avec l’environnement, même le plus hostile. Intransigeance parce qu’il grimpe sans moyens de communication avec l’extérieur, ni radio, ni téléphone. Sans aide mécanique, pour se déplacer entre deux sommets, il a le choix entre le vélo, le ski ou les raquettes… Autonomie, parce qu’il choisit un chemin d’escalade bien à lui, quitte à renoncer s’il le faut à l’exploit technique, sans esbroufe, portant seul son matériel. Quasi-fusion avec la nature, car il est capable de se fondre dans le blanc de la neige ou de rester suspendu des jours entiers au creux d’une faille. Ce n’est donc pas seulement le témoignage d’un surdoué de l’odyssée verticale que nous allons lire, mais aussi la méditation d’un homme qui a su trouver de la joie jusque dans la douleur. Il raconte ici trois expéditions hors du commun : Une ascension au Sud du Groenland, le mont Combatant en Colombie Britannique, la trilogie des Grandes Jorasses. Joie d’atteindre le sommet mais douleur aussi de l’effort. Joie d’être seul mais douleur de perdre huit orteils en février 2002 dans la face Nord du Cervin, alors qu’il était recroquevillé dans son duvet glacé, depuis neuf jours. C’est aussi le carnet de notes d’un sage qui devient roche, vent ou neige, d’un solitaire placé dans des conditions extrêmes.


Lionel DAUDET Le tour de la France exactement

Le tour de la France exactement – Lionel DAUDET - Ed Stock, 2014

Un pari fou ? Lionel Daudet, alpiniste amputé de huit orteils gelés dans la face nord du Cervin, en a tenté d’autres. Mais faire le tour de la France, exactement, en suivant pas à pas, au mètre près, le trajet de la frontière et du littoral, quelle belle folie, quelle aventure pourtant si proche de nous !

Le 10 août 2011, Lionel Daudet quitte la maison : il rentrera quinze mois plus tard, après avoir arpenté le territoire à pied, à vélo, en kayak, en voilier, seul ou accompagné d’amis, d’amateurs, de rencontres. Des chiffres ? Environ 3 000 kilomètres d’arêtes, de forêts, de rivières, et 6 000 kilomètres de littoral. Des soucis ? Nombre de nuits blanches et la foudre qui le traverse. Rien qu’un exploit ? Le Tour de la France, exactement, c’est aussi une vision sociale du pays, un jeu des mille bornes, un cache-cache avec les banlieues, les parcelles privées, la végétation.

À quoi ressemble une frontière ? Lionel Daudet nous invite à réfléchir à cette réalité mouvante.


Jirô TANIGUCHI Le sommet des Dieux

Le sommet des Dieux – Jirô TANIGUCHI - Ed Kana, 2010

(Série – 5 tomes)

Retrouvez dans cette toute nouvelle édition cartonnée la magnifique série manga en cinq tomes qui valut à Jirô Taniguchi de recevoir le prix du meilleur dessin au festival d’Angoulême (2005) ! À travers le regard et les souvenirs du héros-photographe Fukamachi, le lecteur pénètre dans un monde à part où cohabitent la dure loi de la montagne et la folle passion des hommes. Entre poésie, action et suspense, ce manga nous emmène très loin au cœur de l’Himalaya.


Shinichi ISHIZUKA Vertical

Vertical – Shinichi ISHIZUKA  - Ed Glénat, 2005

(Série – 18 tomes)

Considéré comme un grand spécialiste des sommets, Sanpo Shimazaki est engagé en tant que secouriste volontaire, pour aller sauver les promeneurs imprudents, les skieurs en danger, les alpinistes inconscients. Car si Sanpo aime la montagne et la connaît parfaitement, il sait aussi quels innombrables dangers elle recèle… et toutes les méthodes pour y survivre dans des conditions toujours plus dantesques !